Café de presse du 14 Décembre 2018 sur le thème « comment limiter les violences politiques en période électorale » organiser par le Projet Supporting Démocratique Processus in the RDC through Balenced an inclusive Media ( SDPM) ce Vendredi 14 Décembre 2018

Lieu : Bureau Internews (Au centre des ressources pour les Medias) Bukavu

PRÉVENTION DES CONFLITS ÉLECTORAUX EN RD-CONGO

PLANS DE L’EXPOSE


1. Définition des élections
2. Définition du conflit et comment comprendre un conflit
3 Etat actuel du processus électoral
en RD Congo

4 Conclusion

1. Définition :

Les élections c’est un moyen par lequel un peuple désigne ses représentants qui se charge, en son nom, et à sa place, de décider des affaires publiques. En d’autres termes , c’est un acte grave par lequel les électeurs sont appelés non seulement à faire connaitre leurs opinions mais aussi à participer indirectement à l’élaboration de la politique nationale ou au choix d’une orientation politique quelconque. Les élections peuvent être régionales, continentales, municipales, sénatoriales, législatives et présidentielles. Il existe plusieurs sortent des élections. Cfr petit dictionnaire sur les élections de l’IGE de la page 91 à la page 102.

2. Définition du conflit et comment prévenir un conflit

a) Définition d’un conflit

Un conflit c’est un état des violences généralises qui vise clairement l’affrontement à mort. L’équipement des forces s’est quasiment militarisé ou l’usage de la police fortement armées avec l’émergence d’objectifs tactiques de guerre classique : obtenir la victoire sur la communauté ennemie ou une victoire électorale imposée. L’impact mortifère des violences devient très important cas de qui s’est passe à Kindu, à Lubumbashi et à Kalemie. Seul une interposition militaire neutre est capable à ce stade de restaurer la « la paix ».

b) Comment prévenir les violences électorale

Une violence électorale provient du contentieux électoraux ou alors du non-respect de l’ensemble des conduites à respecter pendant la période de la campagne électorale et aussi du non respects de la procédure électorale pendant les préparatifs électoraux. Un contentieux électoral est définit comme ensemble des litiges relatifs à l’application de la législation et de la réglementation électorale. Le contentieux électoral a pour objet de vérifier la validité des résultats. Il peut aboutir à la confirmation et à l’annulation de l’élection. Toutes ces questions peuvent être soumises à une autorité impartiale et indépendante, telle que la commission électorale et les tribunaux dans état normal. Les décisions doivent être prise rapidement pour ne pas retarde l’issue du scrutin.

3 Etat actuel du processus électoral en RD Congo

Pour le cas de notre pays à l’heure actuelle, il s’observe une série des violations de droit humain avant pendant la campagne électorale en RDC Congo, il faut noter que les violences sont prévisible avec les signe ci-après :

  • Privation des libertés fondamentaux à certains candidats surtout ceux de l’opposition par les services de l’ordre, cas de violence de, Kindu Lubumbashi, de Kalemie, et partout à hier ou nous enregistrons déjà des morts pendant cette période de la campagne électorale. Ce qui est déplorable.

  • Les pièges tendus entre les candidats eux même sur les parcours de leurs campagnes électorales,

  • Tribalisassions de la campagne électorale entre les candidats, tel coins du pays est propre à tel candidat l’autre ne pas d’accès et vice versa.

  • Faible sensibilisation de l’usage de la Machine à voter par les électeurs à quelques jours des élections, risque d’un faible taux de participation des électeurs.

  • Non-respect du code de bonne conduite d’un candidat en campagne électorale,

  • Brûlures des plusieurs dépôts de commission électorale par des personnes non autrement identifier,

  • Changement des numéros des certains candidats à la veille des élections par la commission électorale,

  • Le non formation adéquat des témoins et des observateurs surtout en ce qui concerne l’observation et le témoignage des élections avec la machine à voter.

  • Absence du cadre des concertations entre les parties prenantes dans ces processus,

  • Privations des libertés de l’observation internationale par le Gouvernement Congolais pour ce processus électoral

Ces risques prévisibles déjà peuvent être résolus de cette manière afin de prévenir la violence électorale par des solutions ci-après :

  • Sensibilisation électorale intense auprès de la population sur le nouveau mode du scrutin qui passe du manuel à l’électronique, par tous les intervenants au processus électoral,

  • Crédibilise sérieusement le processus électoral par la formation des témoins de la troisième génération qui témoigneront les élections par Usage à la Machine à voter,

  • Avoir la vraie confiance et consensus réel des candidats sur l’usage de la Machine à voter,

  • Respecter le code de bonne conduite des partis politique et regroupement politique en son article 20,

  • Respecter la charte des observateurs électoraux à l’article 6 et 7.

4 Conclusion :

Dans la structure opérationnelle de la Ceni, le BVD existe, et parmi les membres que compose ce BVD dont le Président, le secrétaire, l’ascenseur 1, l’assesseur 2 et l’assesseur suppléant, il y a les autres intervenants qui sont les journalistes, les témoins des partis politiques et les observateurs qui ont pour mission chacun en ce qui le concerne la crédibilisation des élections. Ces métiers peuvent contribuer à un pourcentage élevé à prévenir les violences électorales. Nous observons à l’heure actuelle que la Ceni accrédite les témoins et les observateurs qui n’ont pas reçu une formation de la 3ième génération ou le module sur «  comment observer les élections avec l’usage de la Machine à vote » serai important , cela pourrait avoir comme conséquence des dérapages surtout en termes de violations du code de bonne conduite d’un témoin et de la charte sur l’observation électorale.

« La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics, cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes, qui doivent avoir lieu périodiquement au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalent assurant la liberté du vote » Art 21, alinéa 3 de la DUD.

Nous sommes invites à ce jour, comme le tenant de la plume du Sud Kivu à commencer à revenir dans vos présentations à nos Médias les 3 innovations de la loi électorale à savoir la question sur la notion du seuil électorale et son impact sur la publication des résultats électoraux, la question de la caution par siège et pas par liste qui étaient un casse-tête pour certains candidats, et le nouveau mode de cooptation des chefs coutumiers.

Je vous remercie

Ir. patrice LWABAGUMA

Coordinateur Provincial du Sud Kivu de l’Institut Pour la Gouvernance et éducation électorale.